La terrible bande de Breaking Bad est de retour ! Le Spin-Off de de la série culte était attendue par tous les fans avec impatience. Alors le dérivé de la série, axée sur l’avocat véreux “Saul” est-il à la hauteur des nos attentes ? Zoom sur les premiers épisodes de Better Call Saul (garanti sans spoil)

better-call-saul


Better Call Saul : l’histoire


 Non, vous n’êtes pas obligé d’être un puriste de Breaking Bad pour regarder Better Call Saul. Bien entendu, on retrouve certains personnages de la série mais l’action se situe une dizaine d’année avant l’histoire de Walter White. Grâce à ce prequel, on apprend à connaître chaque personnage autrement, depuis le début, sans ce passif lié à la série mère.

Voici un bon avant goût de ce qui vous attend en vidéo :

Ce retour en arrière permet de rencontrer un jeune avocat, le futur “Saul” qui avant de trouver ce patronyme s’appelait en réalité “James McGill” ou “Jimmy” (en américain, ça à l’air d’être un seul et même prénom !). Celui-ci débute dans sa carrière et court après les clients pour réussir à joindre les 2 bouts.


Alors, au niveau de Breaking Bad ou pas ?


 Alors que dans Breaking Bad, “Saul” était un personnage très comique. Ici, on le retrouve dans un univers dramatique digne la série Breaking Bad. Comme Walter White dans BrBa, Jimmy est à l’origine une personne honnête qui se laisse peu à peu attrapé par le chant des sirènes de l’illégalité. Malgré tout, il garde ses traits d’humour et la dynamique qui faisait déjà de lui un sacré personnage.

serie-saul-breaking-bad
Heisenberg approve this !

Vince Gilligan, le réalisateur des 2 séries, a réussi à garder un bel équilibre entre la pitié, le rire, et toujours un terrible suspens. Mais ce qui rend la série géniale, c’est aussi son esthétisme. J’adorais les plans utilisés, l’utilisations des couleurs de Breaking Bad et Better Call Saul reprend tout à faire ce travail de précision.

Par exemple, dans les premiers épisodes (il n’y en a que 2 pour le moment), on remarque que chaque groupe de personnes semble assimiler à une couleur. Les criminels arborent de belles couleurs flashy : rouge, orange, rose alors que les avocats et les autres personnages portent plus souvent du noir ou du bleu (beaucoup de bleu, ça vous rappelle peut-être quelque chose ?)

Et la bande son ? Là encore, c’est un régal. Les sonorités latino et rétro donne envie de danser, même dans les situations les plus délicates.

Better Call Saul affirme sa personnalité avec une bonne dose d’humour noir qui n’a pas son égal dans Breaking Bad.

show-time
It’s Show Time Folks !

En bref, on est déjà totalement fan de la série. Allez-y, foncez les yeux grands ouverts et rendez-vous mardi soir pour regarder l’épisode 3, disponible sur Netflix !

Better Call Saul : le spin-off de Breaking Bad
5 pour 4 vote[s]